Au pied des immeubles des Marichelles, le Maire et quelques techniciens viennent faire un point sur les travaux de réhabilitation.
Le personnel se réinvente et en profite pour faire quelques travaux au centre AEC.
La cour de l’école Lamartine
Travaux d’aménagement sur le Fossé à Sec.
Opération désamiantage à l’ancien Tabac au dessus de la barrière du 16.

De la rénovation de logement à l’embellissement de la cour d’école en passant par des travaux au centre AEC, le programme de la visite de chantiers de ce mois de mars était copieux. Tour d’horizon de ces chantiers visités par Laurent DUPORGE, Maire, et une équipe de techniciens ce lundi 1er mars. 

120 logements des Marichelles réhabilités
Changement des menuiseries, étanchéité sur la toiture, remplacement du revêtement de sol ou encore réfection des salles de bains, Pas de Calais Habitat a lancé une grande opération de réhabilitation auprès de ses logements situés dans le quartier nord des Marichelles (Résidences : Aubépine, Eglantiers, Cytises, Chèvrefeuilles, Erables, Sorbiers, Platanes et Marronniers). Au total, près de 45 000 euros sont injectés par logement. « Le principal avantage dans ces rénovations, c’est clairement la réhabilitation thermique, explique Laurent Duporge, le Maire. La performance énergétique passe de E à B, ce qui aura forcément un impact positif dans les dépenses énergétiques de chaque logement ».Le chantier, piloté par le bailleur social Pas de Calais Habitat, s’élève à 5 millions d’euros et devrait se terminer en 2022. 

 

L’ancien tabac « Chez Marie-France » en destruction
C’était un commerce bien connu des habitants de la Plaine ou du 16. Fermé en 2019, l’ancien Tabac « Chez Marie-France » va être détruit durant les prochaines semaines. Un pan de l’histoire qui se tourne dans ce quartier liévinois. « C’est un tabac qui marchait très bien, il était apprécié des habitants. Le terrain appartient à la ville, donc à partir du moment où le commerce a fermé ses portes… explique Jérome Darras, premier adjoint. L’objectif est d’abattre le bâtiment, de nettoyer le terrain, et d’en faire un ilot à commercialiser avec des logements et des petits commerces de proximité ». Avis donc aux investisseurs désireux d’entreprendre sur cet axe liévinois très prisé. Sans oublier les nombreuses aides financières dans le cadre de la politique de la ville.

Plus que cinq terrains à vendre sur le Fossé à Sec
Sur les 83 terrains commercialisés par la ville, il n’en reste plus que cinq. Une belle opération pour la ville chargée de vendre ses terrains libres de constructeur depuis 2015. « Il s’agit de la dernière phase d’aménagement sur ce quartier de Calonne, nous pouvons nous rendre compte que Liévin reste une des villes les plus attractives du territoire, précise Laurent Duporge, le Maire. Nous terminons actuellement les travaux d’aménagement comme les trottoirs, l’éclairage, les plantations ou les espaces publics. Comme je le répète souvent, la force de Liévin est son cadre de vie donc nous devons maintenir nos efforts. »

De nouveaux arbres à l’école Lamartine
Suite au diagnostic du patrimoine arboricole de la ville, Sarah Bachelet, responsable de l’espace public au centre technique municipal, avait du abattre les quatre arbres de la cour d’école Lamartine. Mais les services techniques ont profité de ces vacances d’hiver pour planter quatre nouveaux arbres ainsi que de rénover la cour en macadam. « Ce sont de grands arbres afin d’apporter rapidement de l’ombre aux enfants de l’école maternelle, note le responsable. Il y aura aussi le marquage au sol qui va être refait par les équipes pour permettre aux enfants de jouer dans la cour ».

Le personnel se réinvente au centre AEC
Faute de spectacle dans sa structure, le centre AEC tourne au ralenti. L’occasion pour Charles Thiollier, le responsable, et toute son équipe de se réinventer. Entre l’accueil de résidences d’artistes ou la délocalisation de spectacles dans les salles de classe, pas le temps de s’ennuyer. Depuis quelques semaines, les agents en profitent même pour remettre un coup de jeune à certaines salles de la structure. C’est ainsi que Joel, responsable technique, s’est improvisé peintre, ou encore Alexis, responsable son, s’est reconverti en fée du logis. « C’est l’occasion pour nous de faire le ménage et de réargenter certaines salles, explique Martine Vancaille, adjointe à la culture. Nous en profitons pour nettoyer les murs, changer le sol d’une salle de répétition… »

Copy link
Powered by Social Snap