Menu 

La Sainte Barbe

saintebarbe

Chaque année, la Sainte-Barbe, patronne des mineurs, est fêtée le 4 décembre. Le matin, une célébration patoisante rassemble familles d’anciens mineurs, écoliers, chanteurs et conteurs à l’église Saint-Amé. En fin de journée, après l’allumage des illuminations de Noël à l’hôtel de ville, une procession aux flambeaux animée en grande partie par l’association « Les Gueules Noires de Liévin » (composée d’anciens mineurs portant leur tenue de travail) accompagne la statue de Sainte-Barbe de l’hôtel de ville au site de Saint-Amé.

Sainte-Barbe est la sainte patronne des mineurs, mais aussi des sapeurs pompiers, des artificiers, des artilleurs et des carriers. Chaque fosse possédait une sainte barbe qui se trouvait au fond et veillait sur les hommes les protégeant des coups de grisous et de toutes les autres catastrophes. Elle est fêtée le 4 décembre.

Un peu d’histoire :

Sainte-Barbe aurait vécu au milieu du III ème siècle à Nicomédie en Asie Mineure, aujourd’hui Izmit, un port de Turquie. Son père, un riche païen du nom de Dioscore, veut la protéger des assauts de prétendants trop entreprenants. Il l’enferme dans une tour. Au retour d’un voyage, sa fille lui apprend qu’elle est chrétienne. Furieux, le père met le feu à la tour. Barbe réussit à s’enfuir et se réfugie dans les rochers des environs. Un berger découvre la cachette et avertit son père. Ce dernier la traîne devant le gouverneur romain de la province qui la condamne à d’affreux supplices. Comme la fille continue à invoquer le Christ, le gouverneur ordonne au père de trancher lui même la tête de sa fille. Son père la décapite et fut aussitôt châtié par le ciel, Dioscore meurt frappé par la foudre.
Sainte barbe protège de la foudre, la mort subite et donc le fameux coup de grisou. Elle est ainsi la sainte patronne des mineurs mais aussi de plusieurs corporations devant affronter le feu: les pompiers, les artificiers, les artilleurs.

Sainte-Barbe est célébrée le 4 décembre. Autrefois, les mineurs travaillaient dur pendant la quinzaine de Sainte-Barbe pour faire relâche trois jours de suite au moment de la fête. La messe du temps des compagnies est obligatoire ce jour là. C’était aussi le jour des remises de médailles.